Le Chirurgien Orthopédique

Posté par: L'équipe Kastine Dans: Métiers Sur: Commentaire: 0 Frappé: 81

Qu’est-ce qu’un Chirurgien Orthopédique ?

Le Chirurgien Orthopédique et Traumatologique, dit Orthopédiste, réalise des interventions chirurgicales qui ont pour but de traiter l’ensemble des pathologies de l’appareil locomoteur. Pour cela, il doit, au préalable, poser un diagnostic précis par un examen clinique, aidé d’examens complémentaires d’imagerie comme des radiographies, des échographies, des scanners ou des IRM. Ce bilan d’imagerie met en évidence les lésions anatomiques qui doivent être concordantes avec la clinique. L’indication d’un geste chirurgical adapté peut alors être posée.

L’appareil locomoteur est composé de l’ensemble du squelette osseux (membres supérieurs et inférieurs, bassin, colonne vertébrale), de l’ensemble des articulations et de leurs composantes (cartilages, ligaments, ménisques, labrum…) ainsi que l’ensemble du tissu musculo-tendineux et nerveux.

Par conséquent, cette spécialité chirurgicale est vaste et les Orthopédistes ont commencé par se spécialiser par domaines (membre supérieur, membre inférieur, rachis) et aujourd’hui, ils s’hyper-spécialisent même par groupes articulaires selon l’adage « qu’on ne fait bien que ce que l’on fait souvent ». Par exemple, notre expert est un pionnier dans la spécialité de la cheville et du pied.

Comment un(e) Chirurgien Orthopédiste peut-il intervenir ?

 

Initialement l’orthopédie est née pour corriger les difformités des enfants. En grec ancien, orthopédie signifie: « éducation des enfants » (paideia), droit (orthos). Cette activité a évolué au cours des siècles.


Il existe aujourd’hui, au sein de cette spécialité chirurgicale, deux versants d’activités :

      Le versant dit « Orthopédique » qui s’adresse:

-       aux malformations congénitales 

-       à l’ensemble des pathologies dégénératives chroniques, accentuées par de mauvaises postures ou à un mauvais usage ou un surmenage des articulations concernées comme l’hallux valgus

-       aux pathologies séquellaires de traumatismes anciens ou de microtraumatismes répétés comme :

       les ruptures ligamentaires (provoquant par exemple une instabilité de cheville, pour reprendre notre article)

       les cals vicieux ( consolidation osseuse en mauvaise position)

       les lésions cartilagineuses

Elles sont alors responsables de troubles fonctionnels tels que l’arthrose, à la cheville par exemple, qui aboutit à des douleurs et de la raideur.

-       aux compressions nerveuses comme en présence de hernies discales 

-       aux tumeurs qu’elles soient bénignes (90%) ou malignes (10%)

Le but de cette chirurgie est de corriger les lésions anatomiques en reconstruisant le plus précisément possible les lésions pour leur redonner leur fonction perdue. En cas de lésions irréparables et trop évoluées, elles nécessitent parfois un remplacement prothétique ou une arthrodèse c’est-à-dire un blocage complet de l’articulation.

      Le versant dit « Traumatologique » qui s’adresse à l’ensemble des lésions aigües causées par un traumatisme, un accident : 

-       fracture,

-       entorse (rupture ligamentaire) 

-       luxation (déboitement articulaire),  

-       lésion tendino-musculaire,… 

Le but chirurgical est alors de réparer la lésion le plus précisément possible pour prévenir des séquelles fonctionnelles plus ou moins graves, douloureuses et handicapantes

 

Qui peut faire appel à un(e) Chirurgien Orthopédiste ?

 

Il peut être consulté par : 

         - les enfants (alors Orthopédiste pédiatre)

         - les adultes

 

A la demande :

 

-       du médecin traitant

-       d’un médecin spécialiste : rhumatologue, médecin de médecine physique et réadaptation, neurologue, médecin du sport…

-       d’un paramédical : Pédicure-Podologue, Masseur Kinésithérapeute…

Le Mot de notre expert : Dr Guillaume KERHOUSSE Chirurgien orthopédique à Institut de la Cheville et du Pied de Rennes.

 



La chirurgie est un métier passionnant. Elle comporte deux entités. La première correspond à la consultation et la deuxième le bloc opératoire.

 

La consultation permet le contact humain, la rencontre avec les patients venant de tous horizons socio-culturels. Cela est donc très enrichissant. Au cours de ce face à face, il appartient au chirurgien de faire le diagnostic précis des lésions et de la pathologie. Il doit ensuite expliquer son traitement proposé et alors établir un contrat moral, tacite avec son patient. En effet, le patient accepte de confier son corps aux mains du chirurgien et ce dernier s’engage à utiliser tous les moyens de la science pour traiter au mieux ce patient.

 

Le bloc opératoire est la partie technique où le chirurgien va, avec ses mains, aidées d’instrumentations, traiter le patient. C’est un moment privilégié au cours duquel, grâce au contrat moral, le chirurgien va pouvoir pénétrer dans le corps du patient. 

 

J’ai choisi l’Orthopédie-Traumatologie avec l’hyper-spécialisation du pied et de la cheville car il s’agissait d’un domaine négligé par les Orthopédistes. Il y avait donc à faire évoluer les pratiques pour les rendre à la fois moins invasives et plus fiables. Les pieds et chevilles sont des composants anatomiques dont la biomécanique est très complexe. Nous, êtres humains, les sollicitons plusieurs milliers de fois par jour et pourtant, beaucoup encore n’en prennent pas assez soin. Il est donc nécessaire de changer cette approche et que des praticiens qu’ils soient chirurgiens, pédicures-podologues, masseurs-kinésithérapeutes, ostéopathes… prennent en charge de façon adaptée et multi-disciplinaire cet organe précieux.

  

Related by Tags

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment!

Laissez votre commentaire

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

Nouveau compte S'inscrire